EBONYLAKE "In Swathes Of Brooding Light" CD

EBONYLAKE "In Swathes Of Brooding Light" CD

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 1 point de fidélité. Votre panier totalisera 1 point pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 0,50 €.


10,00 €

Ajouter à ma liste

Chaotic bizarre Black Metal, makes me think of Portal in a way, in a more gothic way (think of 17th century culture, not pussy music) and Arcturus innovations.
Ebonylake...le groupe anglais dont les membres prétendaient être la réincarnation d'enfants noyés dans un lac au 17ème siècle par des villageois en furie contre leurs pratiques occultes. Un groupe qui, à l'époque où le mot 'gothique' était synonyme dans le Metal de Cradle Of Filth et de vampires, ressuscitait la folie frénétique et la noirceur d'un Lord Byron. Un groupe trop original, trop en avance et dont l'échec commercial de leur magnifique 'On The Eve Of The Grimly Inventive' entraîna le split. Plus de dix ans ont passés, et Ophélius et Mass, derniers survivants du line-up originel, remettent le couvert pour un nouvel album.

Et dès l'intro de 'And From The Seas The Sickening Things' on se retrouve en territoire familier. Une violence incroyable, un chaos musical à nul autre pareil et pourtant une maîtrise impressionante dans la structure des morceaux. Pour l'oreille non-avertie, ce n'est que du bruit sans aucun but que celui d'être le plus inaudible possible. Pour l'habitué, c'est un mélange entre musique baroque et/ou romantique (l'influence de Chopin est évidente dans les passges au piano), Black Metal et gothique au sens le plus large du terme (que ce soit littéraire ou musical).
Quelque part, on y retrouve un sentiment d'horreur et de rejet presque lovecraftien ('I Painted The Suicide Of Neptune' pourrait servir de musique de fond à une adpatation filmée de 'La Musique d'Erich Zann'). Car la musique d'Ebonylake est horrible et répulsive, dans le sens où elle va à l'encontre de ce que l'on est en droit d'attendre d'un album dit 'de Black Metal'. Elle est un défi au bon goût autant qu'aux modes. Elle se nourrit des parts obscures de notre psyché, de ce que l'art peut proposer de plus obscène et décadent. Et le résultat reste magnifique. Mais en dessous de 'on The Eve Of The Grimly Inventive'.

La raison principale est le personnel réduit jouant sur l'album. Passer de sept musiciens à simplement deux entraîne aussi des réductions dans ce que propose la musique. Plus de voix claire déclamant de poèmes, plus de hurlements féminins évoquant les lamentations d'une banshee...L'univers du groupe reste toujours aussi avant-gardiste, aussi personnel, aussi noir et fou qu'auparavant. Mais il manque une étincelle de folie supplémentaire. Presque comme si Ebonylake avait bridé ses idées. Ce qui n'empêche pas l'album d'être carrément jouissif plus d'une fois (le génial 'In Swathes Of Brooding Light Skeletal Birds Scratch At Broken Windows' et son intro au clavecin est à se taillader nerveusement les veines de plaisir avec une vitre brisée), mais peut être un poil trop similaire à leur premier effort. Le contraste avec les morceaux de la démo 'As Ghosts We Dance In Thrashing Seas...' (dispo en bonus en fin d'album) est assez flagrant.

Mais malgré celà, je n'arrive pas à trouver de véritable défaut à cet album. Définitivement la galette à prendre avec vous le jour où vous déciderez de regarder au fond de l'abîme.

Pays d'origineRoyaume-Uni
Style de musiqueBlack Metal

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.



Copyright Forgotten Wisdom Productions © 2017